• Le Developpeur Responsables des Incidents de la Semaine fait barrage et il tourne chaque semaine. La duree d'une semaine est assez longue pour permettre de monter en compétence sur le fonctionnel.
  • La chroot. Ca, c'est vraiment génial. Il permet à chaque développeur d'avoir exactement le même environnement de travail, avec les memes logiciels, les mêmes alias. Moins de configuration et plus de travail intéressant. Le site de Barreverte publiera prochainement un article à ce sujet, essayer c'est l'adopter.
  • L'audace m'a également frappé dans cette équipe. Pas de scrupules à tuer le code mort, à appuyer où ça fait mal ou à essayer des choses.
  • L'intransigeance avec le code propre
  • Les réunions d'alignement. Les membres de l'équipe peut écrire des sujets au fur et à mesure. Ils sont traités le premier lundi du mois, par vote.
  • Les ateliers lectures. Une fois par mois, l'équipe se réunit autour d'un article choisi par le scrum master, qui a plus de recul que l'équipe.
  • L'équipe vélocité dont l'objectif est d'augmenter la vélocité. Deux membres de l'équipe travaillent sur un sujet annexe au sprint, comme la mise en place d'un nouvel outil de build ou de git par exemple. Les projets sont souvent issus des réunions d'alignements.
  • Les archives dans un classeur physiques ou un paper board. Un peu rétro mais réellement pratique : c'est arrivé plusieurs fois qu'on aille chercher dedans.
  • Les étiquettes partout. On trouve tout plus vite, ,on ne stocke plus pour rien.
  • Les chiffrages des stories en votant avec les mains.
  • Les estimations en jours binomes. Cela évite les calculs où on se dit qu'en travaillant à deux, on avance plus lentement.
  • Le fait de savoir tous les matins si on est sur la bonne voie, en comparant le nombre de points taches accomplis la veille avec ce qui devrait etre accompli. Et de se demander que faire pour y remédier.
  • L'importance des métriques manuelles => elles sont ainsi plus souvent regardées.

burndown_avsp.jpg

Les pratiques qui m'ont troublée

  • Les réunions qui ont lieu dans la war room. Le checkout officiel doit nous permettre de nous en échapper mais ce n'est pas vraiment possible quand il y a une réunion à 50cm de soit. L'autre problème est que c'est difficile de projeter des choses.
  • Les affichages plein le mur, y compris derriere les bureaux. D'ailleurs il n'y a plus de mur. Les affiches sont disponibles au moins, on peut dire, mais finalement pas tant que ça. Certaines affiches contient des éléments écrits en tout petits sur lequel on a du mal à revenir. Pour l'instant, ce sont juste des données non exploitées.
  • L'absence de gardien du temps, corollaire de l'équipe autogéré. Tout le monde à la liberté de dire que quelqu'un s'égare mais on ne se sent pas toujours la légitimité pour le faire.
  • Les 6 points de user stories par itération. Le task board est plus léger (<=> plus lisible) mais la valeur d'un point est énorme. Entre un et trois points, il y a plusieurs jours de travail.
  • Les stories découpées au moment de la review, et le calcul de reste à faire pour la suite.
  • La non inclusion des obligations de moyen dans les user stories. Les obligations de moyens (type support VABF), les réunions d'alignements et les chiffrages sont exclus lors du calcul des points pour le prochain sprint.
  • Le client au stand up meeting tous les matins, par audio conférence.
  • Le fait de faire des tests unitaires assez hauts niveaux pour permettre le refactoring. Du coup, on ne voit pas tout de suite si une méthode est testée, il faut faire des recherche d'appels (car elle sera souvent testée indirectement).
  • "Faire "f" pour lancer les tests fitnesse, c'est encore trop long." Il n'y a pas de limites au mieux.
  • La durée des standup (une demi heure pour une équipe de dix personnes). Chacun rentre assez dans les détails des taches de la veille. L'avantage est que cela va dans le sens de la collectivité du code (tout le monde est au courant et cela laisse une porte ouverte à la contestation) mais cela invite aussi à digresser.
  • Le nombre de décisions en off, lors de standup. Cela facilite les échanges, mais c'est embetant quand il y a des absents.

Timeout, c'est mon heure de dodo. Merci encore à toute l'équipe, j'ai passé des super moments avec vous.

Bonne nuit et bonne année à tous !