J'ai apprécié

  • l'organisation irréprochable
  • la variété des profils des participants (enseignement, hors agiles, entrepreneur, développeur JS/Java, scrummaster, coachs)
  • la qualité des discussions
  • le cadre rustique
  • la qualité du repas (ben oui)

Leçons re(apprises)

  • l'agilité créé des silos
  • les vis mon job sont appréciés
  • commencer par un story mapping sur chaque projet donne une vision globale et aligne les différents acteurs dessus. Par contre, le backlog flat est plus pratique pour gérer les stories au quotidien.
  • les règles doivent être claires pour tous en début de réunion mais elles peuvent aussi apparaitre au milieu : "pas de téléphone, est ce que tu es ok avec cvela ?"
  • la posture de l'animateur de réunion peut changer l'implication des participants : debout face aux autres, en cercle, stylos au milieu de la table.
  • le keep drop start fait appel au côté rationnel des gens, le mad sad glad à leurs émotions
  • chacun a un masque, un crapeau et un prince en lui. Si on est crapaud, c'est le crapaud de l'autre qui répondra. Merci JF.
  • une très bonne idée de startup peut s'avérer plutôt mauvaise une fois confronté aux autres (=aux votes des autres). Ou l'inverse !
  • faire un pitch lean start up en quelques mots est "facile", c'est plus compliqué d'aller voir "tous" les investisseurs pour défendre son projet. On se lasse vite...
  • c'est différent d'échanger avec une majorité d'internes (par rapport à des coachs). Moins de "y a qu'à", "faut qu'on" et d'ayatolla. No offense les coachs, j'aime juste la mixité.
  • les habitants de Valence s'appellent des Valentinois

J'ai été intriguée

  • que certaines entreprises invitent leurs clients mécontents à venir voir comment ils travaillent. Pour qu'ils comprennent leurs contraintes et leurs choix.
  • par le système de carton rouge que chaque participant de réunion peut lever quand une "règle" est enfreinte (plusieurs personnes parlent en même temps, prime directive violée, etc.)
  • par le principe de scotch à lancer sur celui qui parle trop. Apparemment, les gens s'auto-régulent bien du coup.
  • "interdire tout réunion hors cérémonie agile incite a plus respecter celles qui restent et les rend plus efficaces."
  • pas mal d'enseignants à cette édition
  • souvent les mêmes têtes aux sessions que j'ai choisi. Nous devions avoir les mêmes goûts.

J'ai été baffée

  • quelqu'un a déjà fait "fonctionner" des journées innovations ! J'avais eu la même idée mais ne l'ai pas porté jusqu'au bout. Concrètement, il s'agit d'adresser des problématiques avec livrable en moins d'une journée avec les différents métiers. La personne qui l'a fait fonctionné a engagé l'ensemble de la société et la participation était obligatoire (ce qui décomplexe les personnes pour laisser le courant en suspens). La journée innovation a eu lieu tous les mois pendant un an. Cela a aussi le mérite de faire travailler les gens sur les problématiques des autres.
  • pour tenir les délais, il faut ramener de la réalité au rêve, avec des KPI business. Quel est le coût du retard et les scénarios possibles ? Ne pas non plus oublié de voir l'ensemble (entreprise entière) comme un système.
  • visiblement je connais peu d'agilistes en province. De très jolies rencontres. A faire plus souvent.
  • trop sympa de boire un coup à la gare pour que je ne rate pas mon train !
  • j'écris vraiment très mal. C'est frappant quand on voit toutes les restitutions côte à côte.

C'aurait été parfait si

  • il y avait eu plus de mobilité entre les sessions encours.
  • nous nous étions resynchronisés une ou deux fois au cours de la journée pour adapter le "backlog" des sessions
  • j'avais enfin pu tester le jeu de la crevasse.

Merci donc au CARA et à tous les participants !

Le prochain Agile Innovation aura lieu à Grenoble en novembre.